Compilations du Nexus des Shaktis

Dans la « Conversion Tantrique 1 »: L’Instant

En août 2008, je compris pour la première fois le Nexus des Shaktis tel qu’il est décrit par Madhu Khanna et d’autres érudits de la religion Hindoue, tels que David Kinsley (Visions of the Divine Feminine). La tête du groupe, c’est Kali en personne qui contient et émane les autre neuf Mahavidyas. L’ordre habituel pour les déesses dans le Nexus est le suivant:

Kali: pouvoir du temps éternel dans l’instant, Kala

Tara: passage au-delà du temps, délivrance

Shodashi: génération de la beauté dans le temps; appelée également Sundari

Bhuvaneshvari: fructification du temps dans les formes sensorielles

Chinnamasta: conscience au-delà du sens du temps limité à l’ego

Bhaivari: annihilation de la marée du temps

Dhumavati: achèvement du temps, extinction

Bagal: illusion du temps, le moment qui passe; appelée également Bagalamukti

Matangi: maîtrise du passé et du présent, au-delà de la causalité temporelle

Kamala: embellissement de chaque moment.

 

Dans « Exploration des Shaktis Lunaires »: Corrélations Zodiacales

Dans l’observation des shaktis lunaires, je vais appeler les constellations visibles par leurs noms graphiques ou historiques, BELIER, TAUREAU, GEMEAUX, plutôt que par leurs noms Gréco-Latins utilisés en astrologie, Aries, Taurus, Gemini, etc. Chaque constellation du Zodiaque Tantrique peut être corrélée aux Mahavidyas (MV) ou aux Dakinis de Ciel de Diamant (DCD).

BELIER: Chinnamasta (la Cinnamunda Bouddhiste) MV.

TAUREAU: Bhuvaneshvari; également Tara (la Sélectrice) MV.

JUMEAUX: Bagalamukti MV.

CRABE: Vajravarahi DCD et Dhumavati MV.

LION: Bhairavi (Simhamukta, une dakini anormale) MV.

VIERGE: MV 16 Sodashi (Kameshvari, Tripurasundari) MV.

BALANCE: Visvamata DCD.

SCORPION: Kamala; aussi Kula Devi (Kundalini) MV.

SERPENTAIRE: Parnahavari DCD.

ARCHER: Kurukulla DCD.

POISSON-CHEVRE: Mahakali MV.

MANITOU: Matangi MV.

POISSONS: Nairatmya DCD.

Note: Ce sont les constellations Zodiacales de ciel réel, visibles à l’oeil nu et non pas les signes astrologiques invisibles.

Il se dégage de ces corrélations des doublons et des incohérences manifestes. Elles ne constituent pas des correspondances rigides et logiques qui puissent être enfermées dans un cadre strict. D’oeuvrer avec les shaktis lunaires inspire progressivement un profond respect pour les propriétés fluides et métamorphiques du temps et de l’imagination. Néanmoins, selon la pratique que j’ai développée à ce jour, c’est la manière dont l’instruction des dakinis va se révéler en suivant les cycles lunaires.

Il faut souligner qu’il existe 13 constellations visibles dans le zodiaque et non pas 12. De plus, ces vastes animations sont irrégulières quant à leur forme et quant à leur amplitude et ce ne sont pas des tranches régulières de pizza dans le ciel. La treizième constellation est Ophiuchus, le Serpentaire, un personnage shamanique luttant avec un serpent pithonique. La devata correspondante est Parnashavari, “La Dame de Feuilles Vêtue”.

Il faut souligner également que des 18 entités du Nexus des Shaktis, seules 14 correspondent aux paramètres zodiacaux. Il n’existe pas de corrélation pour la Mahavidya Dhumavati. Il n’existe pas de corrélation non plus pour Durtro Lhamo et la Prajnaparamita, deux devatas gardiennes positionnées au-dessus et en-dessous du Joyau Vajra. Et il n’existe pas de corrélation zodiacale pour VV, la 18 ème Dakini de Ciel de Diamant. Ces exclusions, cependant, ne sont pas rigides. Il existe une manière par laquelle la Mahavidya Dhumavati exclue peut participer à certains cycles lunaires lorsqu’elle est appelée à le faire. On pourrait dire que du fait de ne pas être corrélée à une constellation spécifique et à son cadre de 30 jours, elle est constamment “en disponibilité”. Comment et pourquoi l’on pourrait solliciter une instruction de Dhumavati est quelque chose qui sera enseigné plus avant dans le cours.

Les deux gardiennes Durtro Lhamo et Prajnaparamita représentent des facettes mutables dans le Nexus des Shaktis: à savoir des portails d’échanges par lesquels divers pouvoirs divins féminins peuvent entrer en jeu. L’identité de Prajnaparamita est une sorte de cache, ou pourrait-on mieux dire, l’identité conférée à un portail. Prajnaparamita est un portail au travers duquel les autres pouvoirs des devatas peuvent émerger mais la reconnaissance de son rôle en tant qu’instructrice et guide est essentielle à ces contacts. Ce travail sera élaboré au fil de notre avancée, mois par mois, avec le calendrier des shaktis lunaires.

Durtro Lhamo est une protectrice dangereuse qui adombre les termas, les trésors de sagesse et les tertons, ceux qui les découvrent. Le Terma de l’Eveil de Gaïa est le premier de sa sorte: un trésor de révélation générationnel, ou de génération collective, d’une durée de 208 années jusqu’à l’an 2216, la fin du Kali Yuga. Son rôle est stable et bien défini et ne doit pas nécessairement être associé avec les structures changeantes des cycles des shaktis lunaires.

VV se situe au coeur du pentagramme des Dakinis de Ciel de Diamant mais elle imprègne également l’intégralité du Nexus des Shaktis. Elle ne se caractérise par aucune corrélation particulière dans le zodiaque mais elle possède, néanmoins, un reflet céleste à l’extérieur du zodiaque dans les constellations extra-zodiacales qui se situent au nord du chemin du soleil, de la lune et des planètes. De nouvelles informations sur cet aspect graphique seront pourvues lorsque les conditions adéquates sont rassemblées au cours de cette instruction de dakinis.

Corrélations Zodiacales avec le Nexus des Shaktis déclinées par Composantes.

Mahavidyas

1. Mahakali: CHEVRE-POISSON ou MAKARA

2. Tara: TAUREAU (Aldebaran, l’oeil du Taureau)

3. Sodashi, ou Tripurasundari: VIERGE

4. Bhuvaneshvari: TAUREAU (Pléiades)

5. Chinnamasta: BELIER (avec Maitreya, le Daim Bleu Mystique)

6. Bhaivari: LION (avec Simhamukta)

7. Dhumavati: non assignée, “en disponibilité”

8. Bagalamukti: GEMEAUX

9. Matangi: MANITOU

10. Kamala: SCORPION (Kula Devi)

Dakinis de Ciel de Diamant

11. Nairatmya: POISSONS (Andromède, mythe du monde parallèle)

12. Vajravahari: CRABE

13. Kurukulla: ARCHER

14. Parnashavari: SERPENTAIRE

15. Visvamata: BALANCE

Gardiennes et Guides

16. Prajnaparamita: (portail) – non assignée

17. Durtro Lhamo – non assignée

18. VV, reflétée dans une constellation extra-écliptique au-dessus de l’espace vide entre l’ARCHER et le POISSON-CHEVRE.

Note: Le TAUREAU est unique, indiqué par une présidence double impliquant deux Mahavidyas, Bhuvaneshvari et Tara sous la forme de la Tara Verte Courroucée, la Sélectrice.

 

Dans « Vers La rencontre Secrète »: Illumination Sensorielle

Le troisième sujet d’étude après le Nexus des Shaktis (espace, atmosphère) et le cycle des shaktis lunaires (temps, flux mental) est le Joyau Vajra (matière, sensation). Le centre de ce joyau est VV elle-même, Dakini 18. Les cinq pointes de l’étoile inversée l’entourant sont occupées par les Dakinis de Ciel de Diamant classées comme Bouddhas Femelles (BF) et Dakinis de Sagesse (DS):

11. Nairatmya “dont le corps est le ciel”, BF.

12. Vajravarahi “la truie Adamantine”, une révélatrice puissante, DS.

13. Kurukulla maîtresse de la sorcellerie et de l’enchantement, DS.

14. Parnashavari “La Dame de Feuilles Vêtue”, divinité shamanique, BF.

15. Visvamata “La Mère de Diversité”, BF.

Comme je l’ai expliqué dans “Comment pratiquer le Tantra Planétaire”, les cinq Dakinis de Ciel de Diamant suscitent votre attention au travers des sens de la vue, de l’ouïe, du toucher, du goût et de l’odorat. La sixième, Dakini 18, suscite votre attention au travers de la faculté de mémoire en la libérant de la tâche involontaire de se remémorer. Avec l’étude du Joyau Vajra, la pratique basique pénètre profondément au coeur de la magie interactive. Au niveau basique du Tantra Planétaire, les outils de la magie sont vos cinq sens, en sus de votre mémoire.

Les corrélations de cinq Dakinis de Ciel de Diamant avec les cinq sens constituent une partie essentielle de la boite à outils interactive lovée au coeur du Nexus des Shaktis.

Ces corrélations sont comme suit:

11. Nairatmya Inclusion Extatique – vision

12. Vajravarahi Liberté Extatique – ouïe

13. Kurukulla Passion Extatique – goût

14. Parnashavari Vitalité Extatique – odorat

15. Visvamata Abandon Extatique – toucher

Ces corrélations peuvent et doivent être testées et vérifiées par l’expérience directe, pour chaque personne. L’impact du Nexus des Shaktis devient une réalité vivante lorsque vous prenez conscience que les Dakinis de Ciel de Diamant sont immédiatement présentes dans la sphère de vos sens, à l’intérieur de ce que vous recevez comme impressions des sens. La présence numineuse des Dakinis est infra-sensorielle. Par exemple, à l’intérieur des impressions ordinaires du sens de la vision jaillissent les émanations de l’Expansion Extatique de Nairatmya. Ses énergies, ses fréquences sublimes ne sont pas juste coordonnées avec vos impressions sensorielles, elles en sont inséparables. Ce dont vous faites l’expérience dans les visions perçues par vos yeux, Nairatmya le vit comme une danse de courants imprégnés d’extase qui s’étendent indéfiniment jusqu’à inclure la totalité du ciel.

 

Dans « La Goutte de Coeur régénératrice »

Au fil de mes investigations, je fus éberlué de découvrir dans l’inventaire détaillé par Long Chen Pa des huit ma-mo une corrélation, point par point, avec les huit Dakinis de Ciel Adamantin ou dorje namk-hai khadromas du Nexus des Shaktis! Voici, à toutes fins utiles, les corrélations Gaïennes (en bleu gras) avec les ma-mo ou entités féminines démoniques (en rouge gras) décrites dans le Klong-’grel:

11. Nairatmya. Pukkasi (sud-est): elle inspire et configure la perception visuelle de la voûte animée-animante du ciel ouvert; elle développe la conscience et dissout l’obtusion en attirant l’attention vers l’atmosphère.

12. Vajravarahi. Ghasmari (sud-ouest): elle oeuvre au travers du sens de l’odorat, produit des hormones transductives et impulse le désir pour une immersion dans les courants de la vitalité divine, les nadis de Gaïa.

13. Kurukulla. Pramoha (ouest): c’est une enchanteresse qui oeuvre au travers de la compulsion des émotions et des tonalités émotionnelles (nyon-yid), amplifie le sens du toucher, intensifie la sensualité, détrône l’ego séparatiste.

14. Parnashavari. Candali (nord-ouest): elle transmute les fonctions alimentaires en actions sacramentales, protège et introduit les plantes sacrées instructrices.

15. Vishvamata.Gauri (est): c’est une matrice richement colorée et variée, qui porte le point central de la turbulence des Shakti; elle est la parèdre de Kalachakra dans la Roue du Temps. Elle représente l’équilibre entre le mondain et le spirituel.

16. Prajnaparamita. Smashana (nord-est): elle induit l’amplification de la perception auditive, ce qui ramène l’humanité vers la révélation directe par sruti, instruction intérieure. C’est le réflexe auditif de Sophia, la voix de l’intelligence planétaire.

17. Durtro Lhamo. Cauri (sud): elle investigue les programmes spécifiques de la rectification en restaurant les connaissances perdues: elle soutient et protège les découvreurs de trésors (les tertons) et offre une diversité de solutions inspirées et novatrices à l’ignorance humaine et à la confusion sociale.

18. Dakini sans nom. Vetali (nord): elle concentre la totalité de la puissance du Nexus dans le corps individuel, élaborant le lotus à dix-huit pétales; elle soutient la santé du complexe corps-mental et turbo-charge l’inspiration des sens comme un “acte dans une dynamique permanente qui pourvoit la possibilité d’être en contact avec un environnement, cette prise de contact pouvant avoir une influence dévastatrice sur tout ce qui s’oppose à sa présence”.

Ces huit entités constituent les Dakinis de Ciel Adamantin du Nexus, distinctes des dix Mahavidyas qui les entourent dans le grand mandala que je développe. Notez comment ces sorcières célestes sont corrélées aux sens: 11 vision, 12 odorat, 13 toucher, 14 goût, 15 le sens de la couleur et 16 l’audition. De telles corrélations ne sont pas simplement le résultat d’un jeu de correspondances destinées au mental en quête de conceptualisation. Elles émanent de rencontres directes avec les Dakinis de Diamant  et elles sont le reflet d’une conviction acquise quant à leur impact et influence. Le Kalika qui fait l’expérience de cet impact peut y répondre par cette exclamation MAMO MIA!

 

Dans « La Danse des Dakinis »: Toute l’Affaire

Dans tous ces essais, je donne une approche du Nexus des Shaktis à partir d’angles divers afin de présenter une vision fluide et ouverte. Dans ce présent essai, je souhaite décrire la structure du Nexus et en décliner les composantes, toute la guilde des Dakinis. Après avoir déterminé que les dix Mahavidyas constituaient le coeur d’une configuration plus complexe, je suis arrivé à un total de dix-huit Dakinis, déclinées comme suit:

10 Mahavidyas, Déesses Hindoues

5 Divinités Tibétaines considérées comme des Bouddhas Féminins et des Dakinis de Sagesse

1 Gardienne Dangereuse du Tantra Tibétain

1 Bouddha Féminin du Bouddhisme Mahayana

1 Dakini Secrète

Les dix Mahavidyas ont déjà été nommées. Les voici de nouveau avec quelques caractéristiques supplémentaires

1. Kali: alias Mahakali, Kali Ma, la tête du groupe

2. Tara: qui nous emmène dans la sphère de la libération

3. Shodashi: alias Sundari, appelée “la belle”

4. Bhuvaneshvari: la déesse des formes terrestres (bhu=terre)

5. Chinnamasta: la déesse qui se tranche la tête

6. Bhaivari: “la terrible” qui annihile notre notion du temps

7. Dhumavati: “la veuve” qui inverse la mauvaise fortune

8. Bagala: alias Bagalamukti , la déesse “à la tête de grue”

9. Matangi: “la hors-caste”, la maîtresse des animaux de pouvoir

10. Kamala: la déesse de l’amour et du désir, qui nous embellit

Chaque rencontre avec les Mahavidyas nous donne l’opportunité de connaître plus de détails sur leurs pouvoirs et sur leurs traits individuels. Chacune possède son propre mantra (formule sonique) et son propre yantra (symbole géométrique). Cela prend un peu de temps pour les connaître. Au cours de cette découverte, il se peut que vous vous sentiez attiré par l’une plus que les autres. Vous ressentez des affinités, çà et là, vous saisissez une profonde résonnance. Vous vous identifiez. Les Mahavidyas possèdent une façon de s’attacher à la psyché de ceux qui deviennent leurs dévots.

En sus des dix déesses Hindoues, nous avons un groupe de cinq déesses dans la classe des Dakinis de Sagesse Tibétaines et des Bouddhas Féminins. Ce sont:

11. Naimatya “dont le corps est le ciel”. Bouddha Féminin

12. Vajravarahi “la Truie Adamantine”, une révélatrice puissante. Dakini de Sagesse

13. Kurukulla, la maîtresse de l’enchantement et de la sorcellerie. Dakini de Sagesse

14. Parnashavari, “la Dame au Vêtement de Feuille”, une divinité shamanique. Bouddha Féminin

15. Visvamata, “la Mère Diversifiée”. Bouddha Féminin

L’ouvrage de Greg Mullin “Female Buddhas” m’a beaucoup aidé à discerner toutes ces entités qui flottaient erratiquement dans mon imagination depuis de nombreuses années. Ses descriptions colorées m’ont permis de les resituer dans le Nexus étendu, en relation avec le Zodiaque Tantrique.

Ces cinq Dakinis forment un groupe distinct qui peut être corrélé à certains éléments dans le Bouddhisme, particulièrement les cinq skandas et les cinq éléments (terre, eau, air, feu et akasha ou éther) mais je suis très prudent avec de telles associations ainsi que je l’ai déjà souligné. Elles font courir le risque de s’égarer dans l’artificialité et de s’éloigner de la nature fluide et atypique de ces Dakinis. Ce ne sont pas des filles à épingler et à étiqueter et ce n’est d’ailleurs pas conseillé de le tenter… J’estime, cependant, que le “pentagramme mystique” de deux Dakinis et de trois Bouddhas Féminins est hautement suggestif à certains égards, et invite à plus de recherches en état de conscience élevé.

Après cette unité très cohérente de cinq dakinis, nous avons une paire spéciale, une Dangereuse Protectrice et un Bouddha Féminin unique:

16. Durtro Lhamo, la patronne et la protectrice des tertons

17. Prajnaparamita, la Déesse de la Sagesse suprême du Mahayana.

Les Protecteurs Dangereux appartiennent à une classe de divinités Tibétaines dont le rôle est la défense et la protection, considérées traditionnellement. Puis-je oser demander ce qui est à protéger et à défendre? La vérité ou la version favorite de quelqu’un. Nous verrons cela plus tard. Dans la légende de l’introduction du Bouddhisme dans le Tibet, Padmasambhava convertit les démons locaux en protecteurs du nouveau message du Bouddhisme. Qui adhère à cette histoire charmante? Pas moi. Je suis profondément intéressé par la nature et l’activité des Dangereux Protecteurs mais pas dans la ligne des assertions traditionnelles. L’insertion de Durtro Lhamo, dans le Nexus des Dakinis, est peut-être quelque peu déconcertante. Afin de comprendre cela, il me paraît bénéfique de préciser que les tertons importent à Gaïa et leur protection n’est sans doute pas déplacée parmi les activités du Nexus.

Les tertons sont des shamans qui découvrent des trésors cachés de diverses sortes, mais principalement des trésors de connaissances et de pratiques rituelles. Les termas peuvent inclure des enseignements philosophiques sur la nature du vide mais, le plus souvent, ils concernent des actions rituelles telles que la divination, l’élaboration de charmes, et des agressions magiques, y compris l’intention de tuer. Je suspecte que l’insertion de Durtro Lhamo dans le Nexus puisse avoir quelque chose à voir avec la “contre-violence” et l’action rituelle juste – à savoir l’utilisation de l’action rituelle à l’encontre des perpétrateurs, des menteurs et des manipulateurs qui ne peuvent pas être défaits ou dissuadés par des moyens ordinaires.

 

Dans « Coco de Mer 1 ».

Avatar, le film de James Cameron, est le premier chef d’oeuvre d’un nouveau genre, une science-fiction Gaïenne, Gi-Fi. Le film décrit une race Indigène de shamans chasseurs-cueilleurs, les Na’vi à la peau bleue, qui vivent sur une planète appelée Pandora, semblable à la Terre, en profonde symbiose avec l’écologie de leur habitat. Les Na’vi pratiquent la connexion avec les plantes, les oiseaux et les animaux afin de rester en harmonie avec Eywa, la déesse similaire à Gaïa dont la présence imprègne Pandora, au travers d’un réseau de “vrilles arborescentes”. De nous aussi, aujourd’hui, la participation dans l’histoire de vie de Gaïa-Sophia requiert un acte de connexion: il nous faut nous y “brancher”. De connaître et d’aimer l’histoire est une chose, et qui est absolument essentielle. Mais de vivre cette histoire avec la Déesse de notre planète/maison en est une tout autre. L’imagerie générée par ordinateur d’Avatar dépeint un monde d’une magnificence et d’une beauté merveilleuses tout comme ce monde, qui est le nôtre, paraîtrait dans l’exaltation de cette connexion réellement vécue. Le film résonne avec le désir reposant en de nombreux coeurs humains – non affirmé mais qui commence à s’animer – d’être vivant dans le Rêve de Gaïa, avec elle, et de découvrir notre rôle authentique dans la symbiose de la trame planétaire.

La sagesse Indigène affirme que nous, les humains, sommes cousins avec toutes les autres espèces et que nous dépendons, pour notre survie, des alliés non-humains, tels que les “animaux de pouvoir”. Ces formes non-humaines de vie intelligente peuvent nous montrer comment mettre en oeuvre l’intelligence Sophianique parce que, sous beaucoup d’aspects, elles le font beaucoup mieux que nous et parce qu’elles sont plus fidèles au plan d’ensemble. Selon les enseignements Amérindiens, «notre humanité reste incomplète et déséquilibrée tant que nous n’avons pas reçu la force d’êtres non-humains» (Andy Fischer, “Radical Ecopsychology”). Bien trop souvent, nous sommes tragiquement seuls avec ce que nous savons, piégés dans notre mode particulier d’appréhension du monde extérieur, emprisonnés par nos modèles, nos cartes, nos symboles et nos langages. Nous croyons, à tort, que l’intelligence humaine est un phénomène anormal, qu’elle est supérieure à toutes les autres formes et séparées de toutes les autres formes. Dans la vision Gnostique, cependant, le statut de l’humanité n’est pas un statut de supériorité mais d’originalité:

L’originalité humaine – qu’il ne faut pas confondre avec de la supériorité – repose dans sa responsabilité spécifique de répondre, au travers d’une collaboration consciente et enthousiaste, aux desseins que Gaïa-Sophia a pour la vie et, peut-être même, de modifier ces desseins grâce à une connaissance intime de Ses intentions.

La “Protennoia Trimorphique” nous informe, succinctement, comment Sophia, après être devenue la Terre, offre une opportunité spéciale à l’humanité. Elle «introduit la lumière baptismale illuminatrice des Cinq Sceaux». Cela signifie qu’à partir de la lumière originelle du Plérome qu’Elle était, et qu’Elle est encore – le courant torrentiel nougateux de la Lumière Organique que l’on peut rencontrer directement dans l’hyperception ou dans la conscience de transe – Sophia rend disponible une sorte d’extrait qui consiste en cinq potentiels ou facultés. Les Cinq Sceaux font certainement référence aux cinq sens, avec l’implication de quelque chose de scellé ou de secrété dans ces sens. Le langage est ici profondément mystique et a recours à une sorte de jargon interne aux Ecoles de Mystères. Les “sceaux” font également référence aux cinq facultés inhérentes au noos, l’intelligence divine. Ces facultés sont: l’extrapolation, l’auto-correction, l’orientation vers un but, la communication et la transmutation. Chacune de ces facultés est une extension ou une extrapolation de l’un des cinq sens:

– la vision: l’orientation vers une finalité; la prévision d’un but ou d’un résultat.

– l’ouie: l’auto-correction; l’écoute de la voix instructrice qui dit comment ajuster ce que l’on perçoit, exprime et expérimente; l’apprentissage intuitif.

– le goût: l’extrapolation; le passage du simple goût de quelque chose à la pleine expérience de l’ingérer, de la faire corps, de l’intégrer physiquement et mentalement.

– le toucher: la communication, verbale et non verbale, en tant que forme de connexion et d’empathie extatique.

– l’odorat: la transmutation, basée sur la lecture des signaux chimiques permettant de moduler et d’induire les changement biochimiques (voir l’épigénétique, la “biologie de la croyance”, et les hormones transductives déclenchées par le sens olfactif).

Le programme d’initiation des Mystères était mis en place pour générer et tester ces facultés chez le néophyte. Les Ecoles de Mystères étaient des universités de pratique des sciences noétiques, le développement d’un esprit co-évolutif. De nos jours, cette pratique émerge de nouveau dans le Tantra Planétaire avec son paradigme d’amplification tellurique des cinq sens représentés par cinq dakinis de Ciel de Diamant dans l’étoile vajra du Nexus des Shaktis.

La Déesse ne sera capable de «restaurer ses membres dans la lumière» que si les humains revendiquent et cultivent ce don Sophianique. En d’autres mots, ce que Sophia réalise au travers de l’humanité est en quelque sorte crucial pour redévelopper la connexion de Ses propres facultés (“membres”) au Plérome. C’est ce que les Gnostiques enseignaient quant à l’implication humaine dans Son processus de “rédemption”. Le terme des Ecoles de Mystères pour cela est “correction”. “L’Apocryphe de Jean” dit: «Et notre Soeur Sophia est celle qui descendit dans l’innocence afin de corriger son défaut». (CNH II, 1, 23).

Ce processus est appelé, dans un autre passage, la “rectification” de Sophia. L’humanité est en quelque sorte profondément impliquée dans le processus de réalignement de Sophia avec le Plérome. (Voir le terme “correction”, dans le Lexique, pour plus d’information sur cette perspective fantastique). En bref, le thème de la correction constitue l’enseignement suprême de la vision Sophianique, la cosmologie rédemptrice des Gnostiques. La narration sacrée des Mystères offre le prototype de la notion actuelle de transformation planétaire: le réalignement de Sophia avec le coeur galactique, le Plérome.

 

Dans « L’Union du désir et de la Compassion »

Les six unions du désir sont les suivantes:

désir et vacuité: Nairatmya “dont le Corps est le Ciel”

désir et extase: Kurukulla, maîtresse de l’enchantement sexuel

désir et sagesse: Visvamata, mère sublime de moult humeurs

désir et clarté: Parnashavari, instructrice dakini de l’émerveillement naturel

désir et compassion: Vajrayogini, dakini du Tantra Yoga le plus élevé

désir et apparence: VV, le coeur identitaire de l’Eveil de Gaïa

Chacune des Dakinis de Ciel de Diamant dans le pentagramme (Joyau Vajra) autour de VV enseigne et émane une de ces unions alors que VV elle-même informe et confère l’union du désir et de l’apparence. La devata du présent cycle lunaire enseigne l’union du désir et de la compassion. Une bonne manière de venir vers son enseignement est d’affirmer la compassion pour soi-même en faisant sien le désir sincère et de coeur de vous dépasser. Les devatas du Nexus des Shaktis vous hissent à votre désir le plus élevé et vous entraîne avec ce désir vers la libération ici et maintenant.

 

Dans « Cogénération »

La Cogénération et la chronologie du Terma de l’Eveil de Gaïa, Rassemblement des Tribus, Guidance: cycle de Bagalarita, Jour 18, le 11 juin, Oudenaken en Belgique. Début.

Constellations avec les corrélations du Nexus des Shaktis.

Bélier: Chinnamasta (dans le Bouddhisme, Cinnamunda) MV – avec VV (flux E-M). MV / VV: DCD

Taureau: Bhuavaneshvari; également Tara (la Sélectrice) MV – doucle cycle MV + MV: DCD

Jumeaux: Bagalarita MV – avec Nairatmya (note 1). MV / DCD

Crabe: Vajravarahi DCD – avec Sukhasiddhi (portail) DCD / HD

Lion: Bhairavi (Simhamukta, dakini anormale) MV – avec Dhmavati MV / MV “flottant”

Vierge: Shodashi MV – avec Tara; Kameshvari – avec ? MV / MV / ?

Balance: Vishvamata DCD

Scorpion: Kamala, Kula Devi (Kundalini) MV – avec Bhairavi ? MV / MV

Serpentaire: Parnashavari DCD – avec Bhuvaneshvari? MV / MV

Archer: Kurukulla DCD – avec Vajvarahi? DCD / DCD

Chèvre-Poisson: Mahakali MV – cogénère le Nexus intégral. MV / …

Manitou: Matangi MV – avec Bagalarita? MV / MV

Baleines: Nairatmya DCD – avec Prajnaparamita? DCD / DG gardien.

 

Note 1.

Bagalarita cogénère avec Nairatmya parce que la guidance se déploie dans le cadre des Poissons/Baleines, l’Age des Poissons. Les Poissons constituent la matrice lunaire de Nairatmya. Le marqueur à long terme pour ce Kalpa est la précession du périhélion de Jupiter au travers des Poissons. Position courrante: ECL 15. Gagne 1,61 degré sur l’écliptique chaque siècle, 12,8 minutes sidéralement. Un degré tous les 468,75 années. Entra dans les Poissons aux alentours de 10 500 avant EC. Atteint Andromède, à la limite du Bélier, dans 6000 années. 85 degrés de précession: Point Vernal précesse à 275 dans l’Archer à partir de maintenant. 8600 années constituent la grande trajectoire du périhélion de Jupiter au travers des Poissons.

Les Poissons constituent le contexte des questions ultimes concernant la guidance. Le complexe du messie de la religion rédemptionniste, tout autant que des concepts parallèles en Asie, sont dus au virus du narcissisme propre à l’Age. La guidance procède du mythe d’Andromède, positionnée au-dessus des Poissons. Et de la Légende du Noeud dans la corde des Poissons: la Romance de Vajrayana.

Le périhélion de Jupiter confère une chronologie Eonique. Jupiter elle-même est la planète de la guidance. Jupiter et la lune co-génèrent le cycle de termas hautement protégés. Le cycle de Jupiter multiplié par les noeuds lunaires donne 0,618 de l’année terrestre. Jupiter dans les Poissons et en conjonction avec Andromède. Le stationnement du noeud lunaire nord coincida avec la transit de Jupiter à ECL 28, en alignement avec Andromède. Septembre 1987. Libération de termas et préparation de termas sériels générés par des groupes, Dorje Namkhai Khandro Nyig Thig, le Coeur Séminal des Dakinis de Ciel de Diamant. Ce que j’appelle le Terma de l’Eveil de Gaïa.

Bagalarita, la bride de la destinée. Brihaspati. La trajectoire de Jupiter déploie le développement du Terma de l’Eveil de Gaïa.

Alignement précédant observé avec Jeanne:

Au cours du printemps 2008 à décembre 2009, croissant de lune de coucher de soleil à la tête du Chèvre-Poisson/Mahakali.

Le 26 janvier 2009: nouvelle lune 307 en conjonction avec Jupiter à 305 dans le Chèvre-Poisson, complétude du cycle de Mahakali. Ce cycle est complété par la transmission du Tantra Planétaire.

Le cycle de Matangi commence avec le croissant lunaire de coucher de soleil dans le Manitou, 29 janvier. Reliquats.

Naitmaya: élimination de l’ego.

Chinnamasta!!!

Bhuvaneshvari et Tara la Sélectrice – élimination et enrichissement.

– Bagalarita: guidance.

15 juin, jour 22, dans le cycle de Bagalarita: Jupiter Stationnaire à 328 (28 Aquarius): queue du Poisson-Chèvre/Makara. Rétrograde à 318 le 15 octobre, retourne en position stationnaire le 4 janvier 2010, cycle de Kurukulla, précédant le cycle suivant de Mahakali.

Du 15 juin au 15 octobre 2009, Kali prépare le rassemblement des Tribus de Kali sous la guidance de Bagalarita avec Jupiter comme augure et comme signal. Traditionnellement, elle fut formée à partir des larmes d’Avalokiteshvara, le Bodhisattva de la Compassion Infinie. Les origines de la forme courroucée de la “déesse libératrice” sont inconnues. Tara est un coup de veine car c’est une divinité à part entière du Bouddhisme Tibétain, une Bodhisattva femelle et cependant elle apparaît dans le Nexus des Shaktis en compagnie de Kali et elle appartient au cercle des Mahavidyas. Aucun érudit ne peut expliquer cette anomalie. Elle, qui guide autrui à traverser du samsara au nirvana, semble elle-même avoir traversé de la sphère des finalités libérationnistes à la sphère des finalités désidératives. En tant que Bodhisattva qui exauce les désirs personnels, la Tara Verte Courroucée mérite une attention spéciale et une étude attentive. Nous avons beaucoup à apprendre quant aux voies et aux moyens de la Sélectrice.